L’imprimante 3D

Imprimer en 3 dimensions, c’est possible ? Oui ! Et même à la maison !

Lien vers vidéo : Imprimante 3D CUBE

 Evolution de l’imprimante 3D

L’idée d’imprimer en 3D n’est pas nouvelle, on imprime même en trois dimensions depuis déjà plusieurs décennies. Sauf que pour ces débuts, l’imprimante 3D était une exception : très chère, elle ne pouvait guère servir qu’à produire des prototypes. Mais aujourd’hui les choses ont changé. Comme vous aurez pu vous en rendre compte en regardant la petite vidéo, il existe même des imprimantes 3D personnelles. Au Japon, le gouvernement a d’ailleurs annoncé qu’il comptait subventionner l’utilisation de ces machines dans les écoles afin que la nouvelle génération soit plus à l’aise avec cette technologie.

 

  •  Qu’est-ce qu’on peut imprimer avec une imprimante 3D ?

Presque tout ! Les applications de l’imprimante en 3D semblent sans limites. Les formes simples sont évidemment faciles à fabriquer, mais cette technologie ne se limite pas à fabriquer de petits objets en plastique unicolores et uni matériaux. Certaines machines permettent en effet de combiner les matières et même de fabriquer des objets en métal. On peut ainsi aujourd’hui imprimer des pièces de moteur d’avion ! Et ça ne s’arrête pas là : des applications médicales sont également en développement pour imprimer des prothèses et aussi des organes (en utilisant des cellules vivantes au lieu de plastique comme matière première). Un ingénieur américain va jusqu’à proposer d’imprimer une voiture ! L’imprimante 3D peut encore être utilisée pour fabriquer des objets du quotidien comme de la décoration, de la vaisselle, des boutons, des jouets… tout ce que vous pouvez imaginer 😉

Même la célèbre marque Légo réfléchirait à proposer l’impression 3D d’une partie de ses jouets !

 

  • Comment ça marche ?

Comme on le voit sur la vidéo, la plupart des imprimantes 3D fonctionnent d’une façon similaire aux imprimantes 2D, sauf qu’au lieu de déposer de l’encre elle dépose de la matière. La machine fait fondre le matériau et fabrique l’objet voulu couche par couche. Bien entendu, il faut des logiciels spéciaux pour guider la machine : Microsoft Word ou Open Office ne permettant d’imprimer qu’en 2D. Mais il est également possible de télécharger des modèles tout faits. Par contre le temps de réalisation est encore souvent assez long, prévoyez donc de laisser tourner le schmilblick pendant la nuit. L’intérêt de cette technologie, en plus de pouvoir fabriquer de petites séries, est l’économie de matériaux : il s’agit en effet d’un processus de transformation additif (additive manufacturing) et non pas substractif. Ainsi on n’utilise que la matière dont on a besoin au lieu de faire une découpe et de jeter le reste. Et puis, comme on l’a vu, l’imprimante 3D ne se limite pas au plastique : des machines plus sophistiquées permettent d’imprimer en métal par exemple.

 

 C’est accessible ?

On s’en doute, ce genre de matériel n’est pas donné. Mais le prix de certaines machines est très comparable aux produits Apple que l’on voit partout. L’imprimante de la vidéo, appelée Cube, est par exemple vendue 1500€. Ses cartouches coutent environ 60€ et on peut fabriquer avec environ 60 petits objets (pour un cout unitaire de 1€ donc). L’entreprise Selectronic propose son imprimante 3D Vellenan à 700€ (cartouches à partir de 30€) et Kickstarter va lancer bientôt son imprimante Buccaneer pour 500€.

 

  • Point de vue

Je m’intéresse depuis quelques mois à cette nouvelle technologie. Je pense que ça peut amener beaucoup de changements. Aujourd’hui, si votre voiture est en panne mais que le garagiste n’a pas la bonne pièce, vous n’avez plus qu’à être patient et à espérer qu’on vous propose un véhicule de remplacement. Demain, qui sait, le garagiste pourra peut-être simplement télécharger le modèle de la pièce et l’imprimer. Dans ce cas, le transport des objets pourrait diminuer : au lieu d’envoyer une cargaison, il suffira d’envoyer directement les modèles et les logiciels d’exécution (le trafic se limitant alors aux matières premières). Ce sera alors la propriété intellectuelle, plus que celle des biens, qu’il faudra bien protéger.

2 réflexions au sujet de « L’imprimante 3D »

Laisser un commentaire