Philosophie

« La philosophie d’un siècle est le sens commun du siècle suivant »     I Ching

Le Christ Philosophe

Auteur :  Frédéric Lenoir / Paru en 2007

le_christ_philosophe1-250x400Qui est Jésus ?

Si vous aussi vous souhaitez en savoir plus ce personnage mystérieux, dont tout le monde parle mais que très peu connaissent finalement, ce livre est fait pour vous !

Frédéric Lenoir nous fait présente l’homme en allant au delà des croyances. On (re)découvre son message révolutionnaire d’égalité, de liberté individuelle, de justice sociale et d’amour.

L’auteur nous fait ensuite découvrir comment s’est créée et a fonctionné l’église catholique en tant qu’institution qui a, paradoxalement, transmis mais pas beaucoup respecté le message de Jésus. Il fait un état des lieux de la situation actuelle ou on voit de moins en moins de catholiques croyants en Europe mais de plus en plus dans d’autres régions du monde.

Enfin, et c’est sa thèse, il insiste sur le rôle et l’influence du message du Christ sur nous, notre culture.

Un livre à lire assurément, peut importe votre confession 😉

 

.

L’idée de justice

Auteur : Amartya Sen / Paru en 2010

idee de justiceLe travail que le prix Nobel d’Economie nous présente dans son livre s’inscrit dans la suite de celui de John Rawls (qui a écrit « Théorie de la justice »). Amartya Sen propose une théorie de la justice corrigeant les imperfections de celle de son ami à qui il rend hommage.

N’ayant lu que l’introduction et la première partie, ce commentaire est amené à évolué 😉 Ceci-dit, pour ceux n’ayant que peu de temps, ces 200 pages valent largement la peine d’être lues. Dans celles-ci, Sen nous explique sont souhait, non pas de décrire une hypothétique société idéale et parfaitement juste, mais plutôt de nous proposer une théorie « pratique », une théorie qui nous aidera à faire progresser la justice dans le monde réel (en déterminant, par exemple, si tel changement social va accroitre la justice). Il souhaite prendre en compte le monde et les hommes tels qu’ils sont (pas toujours rationnels et bons, avec des émotions). Pour cela il s’appuie beaucoup sur les travaux de Rawls en les critiquant et en les comparant notamment à ceux de celui parfois considéré comme le premier économiste : Adam Smith.

En lisant cet ouvrage, vous n’allez pas seulement vous interroger sur l’idée de justice, vous verrez que beaucoup de grands philosophes (des lumières notamment) ont beaucoup contribué à l’idée de justice actuelle.

Bonne lecture 😉

 

.

La philosophie décomplexée

Auteurs : Dave Robinson & Judy Groves / Paru en 2015

Philo decomplexeeOn certainement tous déjà entendu parlé de Socrate, Platon et Aristote,  de Descartes, Rousseau, Kant, de Freud ou de Camus. Ces philosophes, comme beaucoup d’autres présentés dans cet ouvrage, ont beaucoup apporté à leur discipline. Si la philosophie est souvent présentée comme une science obscure, ce n’est pas le cas dans ce livre ! Depuis les Égyptiens jusqu’à nos jours, La Philosophie Décomplexée nous présente le questionnements des grands auteurs et l’évolution de leurs idées au cours des siècles. La force des auteurs est la simplicité avec laquelle ils nous parlent de philosophie, qu’ils nous présentent sous forme de BD.
Bonne lecture 😉

.

Théorie de la justice

Auteur : John Rawls / Paru en 1971

Rawls justiceDans cet essai l’ancien professeur de philosophie de Harvard, John Rawls, propose une théorie de la justice basée sur l’équité. Même si c’est vrai qu’il faut s’accrocher pour lire ce livre de bout en bout, ça en vaut la peine ! Son idée est en effet applicable à tous dans de nombreuses situations : pour créer un système juste, il faudrait se placer dans une position originelle. Il s’agit d’une position où l’on prend des décisions et où, à cause d’un voile d’ignorance, certaines choses sont cachées (comme notre position finale dans le système). Ainsi un politique qui adopte une loi sur le droit de pêche ne devrait pas savoir s’il va être politique ou bien marin pêcheur quand celle-ci sera appliquée. Les deux principes appliqués ensuite sont d’abord la liberté égale pour tous et l’égalité des chances avec le principe de différence venant rattraper des inégalités dues à la chance. Cette conception de la justice se veut plus juste que l’utilitarisme qui accepte de diminuer le bien-être de certains si cela peut améliorer celui de la majorité. Cet œuvre nous invite à nous poser beaucoup de questions essentielles sur nos projets de vie et nos motivations à agir en évoquant les problèmes quotidiens des cas de consciences, du ticket gratuit, de l’égoïsme… Une véritable leçon de vie ! Bien évidemment, l’application à la réalité n’est pas chose facile puisque l’auteur définit l’idée principale de la théorie de la justice comme équité par « les principes qui seraient l’objet d’un accord entre personnes rationnelles dans une situation originelle d’égalité ». Ceux qui ont déjà lu le livre « Prédicable Irrationnel » (C’est vraiment moi qui décide) de Dan Ariely comprennent cette difficulté 😉 Bonne lecture !

.

L’évolution de la mémoire et de la notion du temps

Auteur : Pierre Janet / Paru en 1928

memoire tempsCe livre est un compte rendu de conférences données en 1928 par Pierre Janet, psychologue, philosophe et médecin français. Ce qui est toujours impressionnant, c’est de voir que ce qui se disait il y a 80 ans reste encore d’actualité. L’auteur commence par s’interroger sur la mémoire. Comme la promesse, nous dit-il, c’est une action en deux temps. Mais alors que les paroles viennent après l’action dans le cas de la mémoire, c’est l’inverse pour la promesse. C’est la croyance qui servirait alors à lier la parole à l’action. En expliquant la croyance, Pierre Janet nous enseigne que notre notion de l’existence, du réel, est graduée selon une échelle proposée : corps/esprit/présent/action/ futur prochain / passé récent / idéal /futur lointain / passé mort/ imaginaire/idées/pensées. Ainsi ce qui touche au corps parait plus réel qu’un souvenir. Et le souvenir sera dépendant de la façon dont il a été acquis par le corps : les sensations impactent les souvenirs. Ces souvenirs sont formés par la mémoire : on peut raconter le passé mais on aime bien le faire d’une façon cohérente. Voilà pourquoi quand il y a des vides, des oublis, on les comble par notre imagination. D’ailleurs si on nous fait remarquer que notre récit n’est pas cohérent, on va construire une histoire pour remédier à ce problème : c’est la confabulation. Janet nous parle ainsi de la difficulté de distinguer les souvenirs de l’imagination : il n’y a pas de critère pour cela, seulement des indices  : dans les souvenirs, la cohérence, l’ordre des actions et l’opinion des autres sont importantes. Il nous dit que le développement de la pensée humaine est surtout dirigée par des besoins sociaux. Mais pour discuter, il faut un point d’où partir, des principes qu’on ne discute pas. Ainsi on a créé des unités de mesure qui doivent être acceptées de tous, de même certains récits servent de points de références et leur croyance difficile à remettre en cause. Janet évoque les religions et la tendance à rejeter les hérétiques. L’aspect scientifique de l’étude de la mémoire et du temps est souvent reprise avec des noms tels que Galilée, Newton, Einstein… on se rend compte par là de l’évolution de la notion du temps, indépendante de l’espace pour Newton, dépendante pour Einstein. Janet continue en exposant le pouvoir du temps (destructeur ou créateur). Ce livre plutôt court et accessible nous fait réfléchir sur beaucoup de domaines de la vie de tous les jours.

Laisser un commentaire