Le 3D Printshow de Paris !

Vendredi & samedi, c’était le 3D Printshow de Paris : salon mondial de l’impression 3D ! Pour un évènement de cet envergure, on pouvait bien utiliser une salle d’exposition du Louvre pour accueillir une cinquantaine d’exposants, tous plus innovants les uns que les autres :)

 3d-printshow-paris-2014.

Des imprimantes 3D accessibles

L’impression en trois dimension n’est pas nouvelle, elle a même 30 ans. Mais alors qu’elle était un procédé de fabrication  très chère réservée surtout au prototypage, on la voit aujourd’hui débarquer dans nos salons. Vous pouvez aujourd’hui vous acheter une imprimante 3D pour le prix d’un smartphone !

3D printersLe stand du distributeur Pearl proposait ainsi la FreeScult 3D « EX1-Basic » pour 699,99€.

La UP Mini du fabricant Tiertime peut être acquise pour 750€.

Ultimaker propose ses imprimantes à partir de 1195€.

MakerBot commence sous la barre des 1400$.

Logiciel

Comme on peut s’en douter, pour créer des objets en 3D, il faut des logiciels spéciaux. Ces logiciels vont pouvoir enregistrer des fichiers dans un format lisibles par les imprimantes 3D, généralement un format dit STL.

Moi en 3DRassurez-vous, les imprimantes sont vendues avec un logiciel adapté, d’autres étant facilement téléchargeables sur internet : 3DSLASH nous a démontré la facilité d’utilisation de son logiciel qui permet de modifier des fichiers 3D existants.

MeshLab est un autre exemple d’application qui permet de lire et éditer des fichiers en trois dimensions. Comme on le voit sur la photo, les objets peuvent êtres créés ou même scannés. On peut alors imprimer n’importe quoi ou… n’importe qui !  😉

La matière

filaments 3DSur les imprimantes classiques en 2D, il fallait gérer le stock de papier plus les niveaux d’encres avec souvent plusieurs cartouches (oui je sais, je parle déjà au passé^^). Avec la 3D c’est marrant : pas de support ! Que de la matière, le plus souvent  aujourd’hui sous forme de filaments plastiques, même si on commence déjà à voir des recharges en forme de billes ou de granulés. Les deux principaux matériaux utilisés, m’a-t-on expliqué, sont l’ABS (plastique pure, style Lego) et le PLA (plus environnement friendly et souvent utilisé dans les emballages alimentaires).

Les entreprises chinoise esun et italienne Filamenti Plastici 3D nous proposaient leurs gammes de produits.

Imprimez en réseau

Vous voulez imprimer en 3D mais vous n’avez pas d’imprimante 3D ? Imprimez quand même ! Il existe des plateformes telles que Sculpteo qui vous permettent de télécharger et d’imprimer vos fichiers qui vous sont ensuite livrées.

3D Hubs est une plateforme qui connecte les possesseurs (particuliers) d’imprimantes 3D. Le principe est donc proche de Sculpteo, sauf que vous choisissez qui va imprimer votre création avant de lui envoyer.  3D GUEST est un site du même type qui va sortir bientôt et qui faisait sa promo au salon.

Imprimer par le haut

formlabs-form1plusCe qui est marrant avec l’impression 3D, c’est la diversité des technologies utilisées. La technique la plus montrée est celle consistant à construire un objet couche par couche, des pieds à la tête s’il s’agit d’un petit personnage. Formlabs, la start-up créée par une équipe de designers et ingénieurs du MIT, nous montre qu’avec le 3D printing tout est possible en faisant l’inverse ! Leur innovante imprimante Form 1+, exposée lors de ce salon, nous permettait de voir comment on imprime par le haut. Renversant !

Imprimer du chocolat !

gateau 3D printingOn peut vraiment tout imprimer : même des aliments ! Le stand de Choc Edge imprimait ainsi du chocolat. J’ai eu le privilège de gouter le gâteau que vous pouvez voir sur la photo : délicieux ! Les applications sont infinies : autant artistiques que pratiques. Les exposants ne manquaient d’ailleurs pas d’imagination en évoquant par exemple la possibilité de placer vos invités en inscrivant leur nom dans leur assiette^^ (plutôt que sur du papier).

.

Le stylo 3D

3DoodlerLe principe de l’impression 3D est de faire fondre de la matière pour la déposer grâce à un bras guidé automatiquement. Mais ce bras peut être le votre ! Dans ce cas, vous utilisez un stylo 3D comme le 3Doodler exposé au salon et que vous pouvez voir sur la photo. Son prix varie entre 70 et 100€.

.

Le 3D au service de l’art et de la déco

LacelampsGrâce à l’impression 3D, chacun peut laisser libre cours à sa créativité. Des artistes étaient ainsi conviés au salon :) Pierre-Yves Jacques nous exposait des objets très design comme cette lampe d’intérieur. L’intérêt de la technologie est qu’il peut réaliser votre projet sur mesure !

IMG_0533[1]3D&CO était aussi présente : cette start-up exposait notamment le Be Cube que l’on peut voir sur l’image. Ces petits cubes sont emboitables pour des constructions à l’infini, même les petits ronds de couleurs sont interchangeable grâce à un système d’aimants. A voir !

.

Le 3D au service de la médecine

Le 3D Printing peut aussi sauver des vies ! Le pire c’est que j’exagère même pas trop en disant ça^^ D’abord pour aider les médecins en chirurgie : il est possible de mesurer l’aorte (grosse veine) d’un patient et de l’imprimer en 3D afin de la visualiser et de prendre les décisions relatives à l’opération avant celle-ci. En effet, une fois qu’ils ont fait une ouverture, il faut souvent agir vite. Mieux vaut être bien préparé !

corset 3DUne autre application est dans la fabrication de corsets. Les personnes atteintes de scolioses doivent souvent porter ses objets permettant de soutenir leur buste. Le problème c’est que ce n’était pas ce qu’il y avait de plus agréable à porter… Mais ça c’était avant ! La technologie permet de faire du sur-mesure et surtout, car c’est très important pour les adolescents, de faire des corsets qui ont du style. Comme le raportait le représentant du 3D Printshow hospital, certains maintenant demandent s’il est obligé d’avoir une scoliose pour en porter !

Enfin, un autre point évoqué et sur lequel la recherche avance est l’impression de matière vivante. Si on pouvait imprimer des tissus, quels progrès on pourrait faire pour les greffes !

Imprimez vos meubles !!

meuble 3DLa je crois que la photo dit tout : même principe, en plus grand. Du coup c’est carrément des meubles de taille normale qui sortent de l’imprimante !

L’entreprise qui commercialise ces imprimantes 3D géantes s’appelle BigRep.

.

Toujours plus grand : imprimez même en ciment

Imprimante cimentDécidément ! On ne voit pas les limites à la technique d’impression en 3D qui peut littéralement s’appliquer à tous les secteurs. Ici on voit une imprimante (encore) plus grande dont le principe de fonctionnement est le même que la MakerBot ou la Ultimaker présentées plus haut, sauf que l’échelle n’est pas la même et que c’est du ciment qui est déposé en couche (et non du plastique).

2 réflexions au sujet de « Le 3D Printshow de Paris ! »

  1. Yann Auteur de l’article

    Non, pas encore^^
    J’ai envie de connaitre un peu les logiciels de dessins 3D avant, pour imprimer quelque chose de ma création (je pourrais essayer d’imprimer ma photo 3D, mais je n’avais pas réussir à l’ouvrir comme il fallait…)
    Pour le rapatriement de la production, je pense pareil :)

Laisser un commentaire