Archives mensuelles : février 2015

Peut-on acheter le bonheur ?

Le Dalaï-Lama lui-même nous dit que le but de la vie est d’être heureux. Depuis le moment de sa naissance, chaque être humain cherche le bonheur et évite la souffrance.

Normal, donc, que quand on a de l’argent et qu’on peut acheter plein de trucs avec, on va choisir ceux qui nous rendent le plus heureux (et éviter ceux qui nous font mal). Alors comment se fait-il que la dépression soit un des maux des pays « riches » ?

L’argent qu’on gagne

Visiblement l’argent ne fait pas le bonheur… en tout cas pas toujours. En fait, comme souvent quand on se pose des questions, des économistes essaient d’y répondre. Certains d’entre eux ont étudiés la corrélation (le lien) entre revenus et bonheur. Voilà en image je que j’en ai compris :

happiness eurosJ’ai tracé la courbe jaune telle qu’elle (donc le bonheur, avec le smiley ) augmente effectivement quand le revenu (€) augmente. Mais peut importe la vraie forme de cette courbe, on voit qu’elle est loin d’être égale à celle en gris qui symbolise une relation proportionnelle entre l’argent et le bonheur.

En fait, la courbure de la ligne jaune montre qu’au delà d’un certain niveau, chaque nouvel euro gagné nous contente de moins en moins… alors que quand on a peu d’argent, on est très content d’en recevoir ! Vous me direz qu’il n’y a pas besoin de tracer une courbe pour se rendre compte que si on donne 20€ à un étudiant en fin de mois, son sourire sera bien plus grand que si on donne ce même billet à un monsieur de Wall Street^^

Mais il y a peut être besoin de tracer des courbes pour se rendre compte que oui, quand on a peu d’argent il est normal de faire tout son possible pour gagner même de petites sommes. Par contre, quand on est à l’abri du besoin, il n’est plus très rationnel de se battre pour 10€. En tout cas c’est pas ça qui vous rendra plus heureux  😉

L’argent qu’on dépense

On a compris que, jusqu’à une certaine limite, on a besoin d’argent pour être heureux. Mis à part le caractère social ou le sentiment de sécurité que peuvent nous procurer un plus haut revenu, l’intérêt d’avoir de l’oseille : c’est de pouvoir le dépenser !

Oui mais… pas n’importe comment^^ Il y a certaines dépenses qui vous rendront plus heureux que d’autres. Pour résumer tout ça, je vous propose les 5 conseils de E. Dunn et M. Norton dans leur livre Happy Money :

Achetez des expériences : vous hésitez entre des chaussures neuves ou un concert avec des amis ? Le souvenir du concert vous apportera certainement plus de joie :)

Faite en quelque chose de spécial : la rareté est une source de valeur. Si vous aimez quelque chose, n’en abusez pas : vous en retireriez moins de plaisir.

Achetez du temps : si vous le pouvez, prenez le vélo pour aller travailler. Vous échangerez du temps de perdu (embouteillages…) par du temps d’exercices (qui accroit le bonheur!). Une autre caractéristique marrante avec notre temps : si on le donne (à quelqu’un, une association) on a l’impression d’en avoir plus !

Payez maintenant, consommer plus tard : en gros… l’inverse du crédit^^ Si vous payez votre télé avant de la recevoir, vous en tirerez le maximum de satisfaction au moment de la déballer. Si vous la payez après, quand vous vous serez déjà habitué à elle (et donc la valoriserez moins…) la facture passera plus difficilement.

Dépensez pour les autres : le bonheur, c’est la seule chose qui double quand on le partage :) C’est quand même la meilleure des nouvelles de se dire que des recherches scientifiques en psychologie montrent que nous pouvons augmenter notre bonheur en dépensant notre argent pour les autres plutôt que pour nous-mêmes ! La vie est bien faite 😉