Archives mensuelles : septembre 2014

Au fait… c’est quoi l’intelligence ?

C’est quoi l’intelligence ?

intelligence_lechat

 

 

 

 

Ce qui est marrant c’est que l’intelligence est un concept très peu compris mais pourtant, tout le monde en parle. Personne ne sait ce que ça veut dire, mais on n’hésite pourtant pas à qualifier quelqu’un d’ « intelligent » ou de « pas intelligent ». Une question se pose donc : sur quels critères peut-on donc bien se baser pour juger quelqu’un sur un concept que nous ignorons ?

Quand on dit que quelqu’un est grand, c’est par rapport à une norme bien mesurable en mètre ou en centimètre. Quand on dit que quelqu’un est peureux, c’est par rapport à ses réactions (ou absences de réactions) dans des circonstances inconnues ou dans lesquelles il n’a que de peu de contrôle sur l’environnement. C’est pas super rigoureux comme jugement de dire que quelqu’un est peureux, mais ça se base au moins sur des réactions visibles suite à une émotion (la peur). Par contre, quand on dit que quelqu’un est intelligent, on connait très rarement son QI et c’est pas comme si la personne ressentait une sensation d’intelligence visible sur son visage… enfin… peut être en fait !

Souvent, quand on parle de quelqu’un d’intelligent, on pense soit à quelqu’un qui connait plein de choses (stock de connaissance), soit à quelqu’un qui est capable de solutionner des problèmes (lié aux mathématiques puisque la plupart des problèmes sont modélisables mathématiquement). Mais comment juger des connaissances de quelqu’un qu’on rencontre ou de ses talents de mathématiciens ? Surtout que, si je n’y connais rien en médecine, comment je vais pouvoir juger de l’étendue des connaissances de mon chirurgien ? Comment savoir si elles sont plus étendues que celles de mon médecin généraliste ?

Intelligence_singeC’est là qu’intervient la variable que je juge la plus intéressante dans l’équation : la variable sociale ! Je vais dire qu’un chirurgien est plus intelligent que mon médecin généraliste parce que d’autres personnes (en qui je suppose que j’ai confiance sans y avoir trop réfléchi) lui ont donné une meilleure note à un concourt national qui lui a permis d’avoir une meilleure spécialisation… là normalement vous vous dites que ce que je suis en train de raconter n’a plus trop de sens^^ ça tombe bien, c’est là que je voulais en venir ! Quand ça commence à devenir un peu trop compliqué de réfléchir nous, les humains, avons une astuce : on ne réfléchit pas ! On croit en ce que l’on veut croire et puis on justifie nos croyances un peu comme on veut. C’est plus facile !

Concrètement, si j’aime bien une personne, je vais dire qu’elle est intelligente. Quand on va me demander pourquoi, je vais trouver n’importe quel exemple où cette personne a eu un raisonnement logique ou a dévoilé des connaissances techniques pour le justifier. Ou alors je vais dire que c’est ce que tout le monde dit et que si tout le monde le dit il doit y avoir une raison.

En pratique, ça veut dire que si tu souris, tu es intelligent. Parce que les gens aiment bien les gens qui sourient^^

______________________________________

Tout ceci étant dit, l’intelligence est liée à notre conscience et notre façon de réfléchir et une autre approche pour l’appréhender peut être de se demander d’où elle vient, biologiquement parlant.

Il semblerait que c’est l’association de cellules un peu spéciales (que l’on appelle donc neurones) qui « créent » l’intelligence. Dans un corps, chez les humains comme chez bien d’autres espèces, ce regroupement de neurones s’appelle le cerveau : c’est donc là que nous « réfléchissons ». La première chose à noter est que pas mal de neurones se trouvent en dehors du cerveau, regroupés pour former les nerfs. Peut-être donc que nous ne « pensons » pas seulement avec notre cerveau…

reading_brain_softwareUne particularité très importante de notre cerveau est sa plasticité. Si notre cerveau n’avait aucune plasticité (i.e. aucune capacité de se modifier après la naissance) alors nous naitrions avec un certain stock d’intelligence qui ne pourrait que se maintenir ou diminuer (suite à un accident par exemple). Il est clair qu’on peut oublier cette idée de stock figée d’intelligence : en ce qui concerne le nombre de neurone (je vais y revenir), il est visiblement de l’ordre de 100 milliards aussi bien chez les nouveaux nés que les personnes âgées. On observe pourtant une évolution de l’intelligence au cours de la vie ! Celle-ci pourrait donc être due à une évolution dans le nombre de connections (synapses) entre neurones. Et là-dessus, tout le monde est d’accord : ça bouge beaucoup de ce coté-là ! On crée de nouvelles connections tout au long de notre vie, chaque fois qu’on apprend quelque chose il semblerait. Il existe donc bien une plasticité du cerveau qui contredit l’idée d’un stock figé d’intelligence.

On l’a compris, c’est de cette plasticité que provient notre capacité à développer notre « intelligence ». Apparemment, elle repose essentiellement sur l’augmentation des connections entre neurones. Mais peut-être pas que : certains chercheurs expliquent que certaines régions du cerveau (notamment l’hippocampe impliqué dans les fonctions de mémorisation et de apprentissage) ont la capacité de créer de nouveaux neurones (neurogénèse). Bref, si l’intelligence d’un individu est une fonction croissante de son nombre de neurones et du nombre de connections entre eux, alors c’est un concept évolutif par nature.

_________________________________

Voici quelques conférences du site TED.com que je trouve carrément géniales et qui pourront t’apprendre pleins de choses sur ce qui se passe sous vos cheveux :

–          Michael Merzenich, neuroscientifique, nous parle de la plasticité du cerveau. La vidéo suivante est particulièrement adaptée à notre discussion. M. Merzenich évoque la plasticité du cerveau due à la création de connections entre neurones. Il prend aussi l’exemple des enfants nés avec une fente labiale qui ne naissent pas plus bêtes que les autres (même si on a pu le croire). Ils ont simplement un défaut qui gêne le cerveau pour apprendre : http://www.ted.com/talks/michael_merzenich_on_the_elastic_brain/transcript#t-939000

–          V. Ramachandran, expert du cerveau. Le gars est marrant quand il parle : il nous explique comment fonctionne notre cerveau en nous montrant comment des dommages dans certaines zones se traduisent dans notre comportement : http://www.ted.com/talks/vilayanur_ramachandran_on_your_mind

–          Read Montague , Neuroscientifique du comportement. C’est intéressant car c’est la partie de la neuroscience qui m’intéresse le plus dont il parle puisqu’il évoque ce qui se passe dans notre cerveau quand on interagit avec les autres, ce qui nous amène directement aux sciences sociales. Il parle d’ailleurs de l’économie comportementale (le domaine de David Kahneman, le gars dont je t’avais traduit le texte l’été dernier) https://www.ted.com/talks/read_montague_what_we_re_learning_from_5_000_brains

–          Suzana Herculano, Neuroscientifique, nous explique que c’est grâce à l’invention de la cuisson que nous sommes si « intelligents » ! Le pire, c’est que c’est très sérieux : https://www.ted.com/talks/suzana_herculano_houzel_what_is_so_special_about_the_human_brain

–          Allan Jones : on voit comment sont analysés les cerveaux, comment on les étudient : https://www.ted.com/talks/allan_jones_a_map_of_the_brain/transcript