Archives mensuelles : août 2014

C’est quoi le capitalisme ? et le libéralisme ?

De nombreuses fois je me suis senti bête devant des gens qui parlaient de politique…               La raison ? Ils employaient des mots que je ne comprenais pas. Normalement quand on ne comprend pas un mot, on demande ce que ça veut dire. Mais quand il s’agit de politique… et bien non ! Quand on ne sait pas, on fait croire qu’on sait, c’est mieux^^ n’empêche qu’à force, on sait plus de quoi on parle !

Je vous propose donc ici la vision que j’ai pu me faire de trois notions dont on entend souvent parler, mais dont on parle peu : le Capital, le Capitalisme et le Libéralisme.

C’est quoi le capital ?
piketty_le capital

Je viens tout juste de finir de lire le livre du fameux économiste Thomas Piketty qui s’intitule « Le Capital au XXIème siècle » : 1000 pages !!! Et pourtant… je ne sais pas quoi répondre. C’est fou non ? Tellement tout le monde emploie ce mot comme il l’entend, il n’a plus de définition ! Pour ma part, quand j’emploie ce mot, je parle souvent des machines, outils… brefs des choses produites par l’homme et qui servent à produire d’autres choses (on dit « moyens de production »). Des fois, j’utilise « capital » pour parler d’un stock de « richesses » composé de titres de propriété (sur des biens meubles ou immeubles) et de placements financiers.

Mais bon, quand vous lisez le livre de Piketty, il nous dit que la nature du capital évolue dans le temps : il se composait apparemment majoritairement de terres il y a 2 siècles, il se compose en majorité aujourd’hui de biens immobiliers et de placements financiers. Maintenant quand on va sur Wikipedia on nous dit que le capital, en économie, se distingue des terres et des ressources naturelles : alors qu’un des économistes français les plus connus dit juste l’inverse !

Bref, avant de parler du capital, assurez-vous que la personne en face parle bien de la même chose, ça évitera beaucoup engueules complètement inutiles 😉

.
C’est quoi le capitalisme ?

Ouille ! On fait quoi pour répondre à ça ? Pour ma part, vous l’avez vu, avant de commencer une discussion là-dessus je dis ce que j’entends par capitalisme : le fait qu’on laisse des personnes (ou des entreprises) être propriétaire des moyens de production, donc du « capital. » Beaucoup affirment que le but des entreprises est de faire du profit, on se doute alors que si des entreprises possèdent des moyens de production, c’est pour les utiliser dans l’objectif de faire du profit. Certains se permettent donc le raccourci de dire que le capitalisme c’est la recherche du profit.

On comprend alors l’existence de disputes complètement inutiles : imaginez deux personnes qui se tapent dessus l’un disant « le capitalisme c’est bien » et l’autre « le capitalisme c’est mal. » Si ça se trouve, les deux ont la même opinion. Par exemple :

« Il vaut mieux que l’Etat ne possède pas tout le capital et c’est pas plus mal que les entreprises puissent aussi y avoir accès, mais sans pour autant que la recherche du profit deviennent une priorité sur l’emploi, le bien-être au travail et la justice sociale. »

Mais chacun ayant une définition différente, le premier (qui dit que c’est « bien ») croit taper sur un communiste endurci, le deuxième (qui dit que c’est « mal ») pense casser la gueule à un trader fou prêt à fermer toutes les écoles du pays qui ne sont pas rentables… même s’ils ont la même opinion !

C’est quoi le libéralisme ?

Là, quoique je dise, ce sera polémique^^ mais tant pis! Voilà comment je vois les choses : je ne vais pas chercher bien loin en disant que dans le mot « libéralisme » il y a le mot « liberté » (bon d’accord, ya pas le « té » mais on fait comme si, d’accord?) L’idée c’est que des sociétés libres, où tout le monde vivait en harmonie avec des fleurs et des bisounours un peu partout et bien ça n’a jamais existé. D’après ce que j’ai pu lire, les sociétés où les hommes et femmes avaient l’air les plus libres de faire ce qu’ils voulaient étaient les sociétés des chasseurs-cueilleurs (avant la naissance de l’agriculture, c’était le cas partout). Les gens là étaient libres, dans le sens où il n’y avait aucun pouvoir politique pour leur imposer quoique ce soit. L’arrivée de l’agriculture (grosso modo il y a 10 000) a permis une amélioration de la productivité dans la production de nourriture. Grâce à ça, certains de nos ancêtre on pu faire autre chose de leur journées que manger et dormir, ce qui leur a donner le loisir de créer… des villes! (il y a environ 5000 ans).

Quand on vit sous son arbre ou dans une caverne, les décisions importantes de la journée sont : qu’est ce qu’on mange ? qui c’est qui s’occupe du feu ?  Quand on vit en ville, c’est une autre paire de manche ! Il faut prendre des décisions qui concernent tout le monde pour s’organiser, construire des édifices d’utilité publique, monter une armée (les premiers empires sont apparus il y a 4500 ans). On a donc besoin de Politique. Quand on pense que la démocratie a probablement été inventée 2000 ans plus tard par les grecs … on se dit que pendant au moins 2 millénaires, on ne s’emmerdait pas trop avec les libertés individuelles^^ Logiquement, les décisions ont été prises par ceux qui avaient le pouvoir de les prendre : les plus forts. Donc à l’origine, l’Etat comme on le conçoit aujourd’hui n’existait pas. Il n’est que le produit de l’évolution de jeux de pouvoir.

http://www.dreamstime.com/royalty-free-stock-photos-cute-chimpanzee-swinging-image26055198C’est très intéressant, parce que beaucoup définissent le libéralisme par opposition à l’Etat, dans le sens où l’Etat empêcherait les citoyens de jouir de leur liberté naturelle. Pourtant, quand on regarde ce qui se passait avant, quand il n’y avait pas d’Etat, soit on remonte très loin et on avait une vie proche de celle de nos amis les chimpanzés, soit on remonte un peu moins loin et on arrive dans des sociétés où le pouvoir était associé à la force et à la violence physique.

La façon dont je vois les choses, c’est qu’au fur et à mesure du développement de nos sociétés s’est posé la question de qui devait détenir le pouvoir, qui devait prendre les décisions. Est-ce qu’il faut définir des règles (des lois) qui viennent restreindre nos libertés ? Dans ce cas, qui a la légitimité pour le faire ? Ou est-ce qu’il faut au contraire ne toucher à rien et laisser les gens se débrouiller entre eux ?    Il suffit de regarder dans l’histoire pour se rendre compte que dire aux gens « faites tout ce que vous voulez » n’est pas une solution. Il suffit aussi d’un peu de bon sens philosophique pour comprendre que la vie ne vaudrait même pas la peine d’être vécue si un état centralisé venait prendre toutes les décisions à notre place. Entre libéralisme et communisme, peut être y a t-il un juste milieu ?

Je rajouterai que certains entendent le libéralisme simplement comme le fait de ne pas intervenir dans l’économie en disant qu’il vaut mieux laisser le marché s’autoréguler plutôt que de laisser l’Etat (et donc les hommes politiques) le faire. Ce qui n’est pas un mauvais argument^^ Le marché, c’est la rencontre entre les producteurs (les Offreurs) et les consommateurs (les Demandeurs) de biens et de services.

 

Si vous avez des remarques ou des définitions que vous pensez plus appropriées, je suis preneur :)